Argemmios – Editeur

Publié le par Les Féeries

argemmios

 

Ce petit éditeur indépendant, ouvert à tous les auteurs en harmonie avec sa ligne éditoriale, a été créé à l’initiative de l’écrivain et anthologiste Nathalie Dau (prix Merlin 2006 de la nouvelle, prix Imaginales 2008 de la nouvelle), dans le but de publier des romans, recueils, anthologies, livres pour enfants et autres ouvrages relevant tous des littératures de l’imaginaire.

Une ligne directrice : le rêve et l'exigence.

Un slogan : « Des rêves puisés au-delà du cristal ». Quel cristal ? Cette gemme bleue et magique qui nous sert de logo et nous a donné son nom : l’Argemmios. L’empoigner, c’est passer de l’autre côté, accéder à ces autres mondes que nos auteurs vous proposent d’explorer.

Une source d’inspiration : mythes, contes et légendes de tous les temps, même ceux qui restent à venir, même ceux que l’on invente, qu´ils soient d’ombre ou de lumière, de prose et parfois de rimes.

 

Argemmios éditions

   
Quelques ouvrages :
     
   

Les débris du chaudron

L’amour et la vengeance ont l’art de traverser les âges, et ce d’autant plus lorsque les dieux sont impliqués. Pour certains mortels, cela signifie un héritage lourd à porter, mêlé de malédiction...

Ainsi en va-t-il d’Augusta Quinn et d’Alwyn Archtaft.
Destinés à réparer le chaudron de Kerridwen, afin de permettre le retour de la déesse, ils devront compter avec Affang, le terrible démon des eaux, qui les poursuivra de sa haine. Mais en cette fin de XXème siècle, un dieu veille et se souvient. Capable d’arpenter les lieux d’ici et d’ailleurs, Kernunnos, sous l’un ou l’autre de ses avatars, permettra à la réalité de rattraper le mythe... et de le dépasser.

     

 

Et cette porte, là-bas, qui se fermait...

Orphée écrit, pour lui-même et pour un journal, où il signe une chronique quotidienne. Eurydice est professeur de lettres. Il boit, elle fume. Il est jaloux, elle aime se sentir libre. Dans le labyrinthe de leur vie commune, des portes s'ouvrent et se referment, innombrables, et nul ne saurait dire si elles les conduisent vers les Enfers ou si elles les en ramènent ; si, à travers elles, ils se retrouvent ou se perdent encore.

Par la magie des archétypes, on entre dans l'intimité de ce couple, que le regard particulier de l'auteur arrache à toute banalité. Sans jamais quitter les contours oniriques du mythe, on observe les gestes des amants, décomposés, ralentis, magnifiés. La vie, l'amour, les malentendus passent sous le microscope.

Une œuvre atypique, riche en références et clins d’œil semés çà et là comme autant de petits pétards, qui écorchent le mythe sans jamais l'abîmer vraiment.

     

 

 

Marelle d'Ombres

Fantastiques, cruels, visionnaires ou tout simplement sulfureux, les contes de Denis Labbé tissent un motif d'ombres contrastées entre la terre et l'enfer.

Anges et démons se croisent dans le Paris décadent des dandys, la Venise des spadassins, Whitechapel ou encore les steppes désolées de la Mongolie, pour transmettre leur héritage mortel aux créatures d’un futur névrosé. Des récits peints avec une délicatesse d'esthète et une malignité insidieuse.

Laissez-vous guider par la plume ciselée et envoûtante de Denis Labbé, dans les méandres de sa Marelle d’Ombres où règnent la Mort, le sang et la noirceur.

 

Publié dans (Archive) Edition 2010

Commenter cet article